~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
naufrage presse actuel Thö-Pa-Ga
HOME
forum contacts español
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~
références bibliographie historique intérieur fiche technique compagnie
~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~


 


Google Earth - épaves cataloguées

  

le naufrage

La goélette avait quitté les Baléares en Méditerranée pour rallier Brest et se rendre aux fêtes maritimes de « Brest 2008 ». Après avoir contourné la côte est de l'Espagne, franchi le détroit de Gibraltar, elle avait fait escale à Vigo, en Galice. Dans le golfe de Gascogne, la navigation est devenue rude avec des vents de 30 à 35 noeuds (55 à 63 km/h) depuis deux jours. Mais rien d'exceptionnel pour ce voilier de 42 m.

Soudain, dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 juillet 2008, l'équipage croit ressentir un violent choc. Une voie d'eau très importante apparut. La voie d'eau pouvait être liée à un choc avec un objet, soit une bille de bois ou un conteneur. À moins que, sur cette mer très formée, avec des creux de 4 à 5 mètres, un « bordé » - élément de la coque - ait cédé sous les mouvements du bateau. Autre info apparue plus tard (non vérifiée) : on retrouva une baleine morte échouée sur la côte du Finistère.

La voie d'eau était très importante. « On a vu tout de suite qu'il n'y avait pas de solution, parce qu'on n'arrivait pas à pomper toute l'eau qui rentrait », expliqua le capitaine du voilier, Antonio Tur. Il lança un appel de détresse, capté à 2 h 30, par le Centre opérationnel de surveillance et de secours (Cross) d'Étel.

Un radeau de survie fut mis à l'eau et la décision malheureuse et très dure d'abandonner le bateau fut prise. Lorsque l'eau avait atteint le pont, l'équipage (deux femmes et sept hommes) embarquèrent dans le radeau ballotté par les vagues. Dans l'obscurité, le vent ou le temps semblait s'être arrêté, le Thö-Pa-Ga sombra. « On l'a vu couler doucement sous voiles... »

le sauvetage

À 3 h 15, un hélicoptère Dauphin de la Marine nationale piloté par le lieutenant de vaisseau Loïc Carona décolla de la base de Lanvéoc-Poulmic. Après 50 minutes de vol, il était au-dessus du radeau; la goélette avait déjà sombré. Le sauvetage s'avéra très difficile, l'hélicoptère ne pouvant embarquer que cinq personnes. Faire deux rotations jusqu'à la terre était possible, mais il y avait un risque que le radeau se retourne entre-temps...

Par chance, le car-ferry Pont-Aven, de la Brittany Ferries, se trouvait à proximité. Il effectuait la liaison entre le port espagnol de Santander et Plymouth, en Angleterre. Cinq naufragés furent donc déposés sur le pont du ferry qui poursuivit sa route. Le Dauphin, revenu au-dessus du radeau, embarqua les quatre derniers marins et le plongeur. Deux heures après le décollage, l'hélicoptère était de retour à sa base. En fin de matinée, les quatre naufragés furent transférés à Brest par le même hélicoptère. Les cinq autres marins recueillis sur le Pont Aven arrivèrent à Roscoff mardi soir.

L'épave du Tho-Pa-Ga repose par environ 125 m de fond.


RENFLOUEZ LA GOÉLETTE THO-PA-GA!